Flames de crémation

L’incinération est-elle plus écologique ?

Il ne semblerait pas.

*  Bien entendu, une incinération se fait un corps/un  cercueil à la fois.  Il faut savoir aussi que certains  décident d’être incinérés avec leur  cercueil qui est  même, des fois, en métal ( ?!) sinon dans un contenant de  crémation combustible (généralement bois ou carton  rigide).

cercueil

*  Le défunt est également habillé ( ?) même s’il n’a  pas été exposé auparavant.

*  La température utilisée dans la crémation varie entre 800 et 1200°C.  Sauf complications, elle durerait entre 1H30 et 2H selon le poids du défunt (hum hum) et la température du départ du four crématoire.

Voyez-vous ? A elle toute seule, l’énergie requise pour incinérer un corps serait équivalente à conduire durant 10 000km !!!

*  On a recours à un broyeur (donc il faut le mettre en marche) pour réduire les fragments d’os qui restent et les ajouter aux autres cendres.

Ainsi est-il évident que ces « processus » participent également au réchauffement de la terre en sus des diverses pollutions toxiques qui en émanent dont le mercure.

Lorsqu’on comprend mieux ce processus, on est en droit de se poser des questions sur la motivation réelle de se faire incinérer surtout que les restes cinéraires sont des fois, dans une urne (en bois, métal, bronze, verre, …), mises en terre dans un cimetière ou dans le jardin des survivants, finalement exposées à la maison ou dans un columbarium.   Entre parenthèses, j’ai même connu des gens qui en portaient dans leur médaillon !!! (Bonjour la vie et la confusion!).

Il existerait également des cendres qui ne soient pas récupérées.

*  Par ailleurs, sachez que les cendres en restant dans l’urne, n’auront aucune chance de se dégrader avec le temps …

*  Autre chose, si la personne portait un quelconque appareil non naturel qui soit difficile à retirer, d’autres éléments toxiques se  dégageront de l’incinération.

Bien que j’aie essayé de faire le tour de la question, il y a certainement d’autres points que je n’ai pas soulevés mais sans trop se tromper, on peut conclure que si on demande à être enterré tout simplement sans fioritures à même le sol, nous en bénéficierons tous à commencer par l’écosystème. Ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui on jouit d’autant de ressources. A la base, avec le temps, il y a l’accumulation de divers éléments organiques qui selon la température, les microorganismes,  etc. ont donné lieu à des pierres précieuses, à des énergies fossiles …

Mais que peut bien faire la nature d’un petit surplus de poussière dont elle n’a même pas profité un tantinet ? alors qu’un corps mort aurait nourri des milliers de micro organismes directement et indirectement d’autres … ainsi l’incinération prive le sol d’une source  importante d’humus et diminue rapidement sa faune, sa biodiversité et sa richesse.

Quelque soient les nouvelles inventions ou manières de procéder,  Poussière, on retournera à la poussière mais la différence entre ces résultats, c’est la notion de temps, ce temps que la nature respecte et sait utiliser avec sagesse. Ainsi, en passant, à ceux qui se préparent à l’avance à toute éventualité, peut-être serait-il mieux d’opter pour un dernier geste de partage et se montrer « classe » jusqu’au bout …
Lou_c auteure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *