Gadgets électroniques

La folie du cumul

Alors que l’homme moderne individualiste et compétitif s’entoure de possessions et de gadgets à n’en plus finir, voilà qu’il est de plus en plus malade de corps, de cœur et d’esprit et de surcroît malheureux.

Comment peut-on arriver à cet état de collectionneur multiple?

Quelques pistes de réflexions en vrac:

-la peur du manque (le fameux si)

-le pouvoir social par l’apparence (avec cela, j’espère que tu vas m’admirer qu’importe comment je les ai obtenus)

-la personne est malheureuse

-le non exercice de son indépendance ou autonomie vis-à-vis de la publicité : l’individu se croyant libre est au contraire très influençable par toutes les images et sons émis

-la compétition bête et méchante (si toi tu peux en avoir un, moi je peux en avoir deux)

-l’attrait de la carte de crédit et l’illusion que tout est possible « ICI et Maintenant ! »

-la compensation (pas de cellule familiale, pas d’estime de soi-même, …)

-la peur de l’avenir

-le manque de sagesse (pour ne pas dire autre chose)

-la non connaissance de soi

-un milieu familial arriviste

-le manque de spiritualité

-Fêtes commerciales (futiles) à outrance : multiplications des cadeaux et achats

-le manque de temps pour faire le tri

-la peur de se retrouver seul face à soi-même, remplir l’espace (fuite) … etc.

Auto dernier cri

Les raisons peuvent être cumulées mais en fait elles sont toutes interconnectées. Une personne sans estime de soi est une personne qui n’a pas cherché à se connaître pour découvrir sa valeur en dehors du paraître à savoir ses diplômes, son éducation, sa profession, ses possessions … Cette personne vit dans l’inconscience (souvent totale) et « l’avoir » au lieu de « l’être ». Elle est déconnectée de ses ressentis. Elle ne va pas « s’investir » à déterrer ses vieux démons (peurs) pour les affronter et devenir une personne plus forte. Au contraire, elle va s’anesthésier par tous les moyens (alcool, drogue, soporifiques, multiples activités, travail supplémentaire…) afin de les camoufler (illusoirement) pour un temps … ainsi s’éloigne-t-elle de l’essentiel.

Le hic, c’est que la vie est bien ironique. Ces gens finissent par s’aliéner et devenir esclaves de leurs propres biens. Regardez tous ceux qui n’ont pas de temps ou/et qui disent manquer d’argent, ils ne peuvent prendre du bon temps car ils ont constamment des dettes à payer et n’ont donc jamais l’esprit tranquille. Ils vivent bien souvent au dessus de leurs moyens (animal qui revient cher en entretien quotidien en temps et argent donc doublement argent ; qui dit plus d’objets, possessions ou animaux dit plus de ménage et de temps à octroyer au ménage ;…). Ils se plaignent et ils en rajoutent! Si ça ne s’apparente pas à un trouble mental, ça y ressemble. Il y a des gens dont la maison est devenue un véritable capharnaüm et où la respiration y est insoutenable, l’énergie n’y circulant même plus.

De plus, on voit que la vie est doublement ironique. Tous ces biens acquis peuvent eux-mêmes encourager des maladies diverses. Pensons à l’utilisation abusive de la voiture et l’obésité, les animaux de compagnie et le(s) vers intestinal/ux (entre autres), l’utilisation régulière de l’ordinateur et autres gadgets électroniques et la maladie du poignet, l’utilisation du cellulaire chez plusieurs membres et l’impact des ondes, l’achat de produits cosmétiques ou alimentaires chers dernière mode et cancérigènes etc etc.

Pardon, pardon, la vie est triplement ironique. Savez-vous que plusieurs personnes se font rappeler à l’ordre par un grand choc : une séparation inattendue (séparation ou deuil), une maladie incurable à priori, un accident grave … Ils apprennent par la manière forte les priorités à suivre. Des fois, il est trop tard pour profiter de la/des leçon/s.

Femme triste

Par ailleurs, quand on passe son temps à cumuler des affaires, on s’y attache fortement et qui dit attachement dit peur plus grande et refus de les perdre ou de s’en séparer pour que d’autres en profitent. Seulement, quand la mort nous prend au dépourvu, il est trop tard pour négocier … Ah décidément, la vie est pleine d’humour !

Lou_c auteure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *