Une pomme sur des livres

A-t-on besoin de gaspiller autant de papier ? (pour les novices)

Mis à part le papier utilisé pour l’impression de livres -ce dont je ne parlerai pas car ils tiennent une place particulière à plusieurs niveaux- (SVP ne jetez jamais un livre, évitez d’écrire dessus avec une encre indélébile et pensez à l’envelopper dans un sac quelconque avant de le déposer aux dons) et les correspondances officielles, je mentionnerai ce que j’estime être un véritable gaspillage accompagné de solutions éventuelles.

-les annuaires bilingues à Montréal : Je parle de Montréal car c’est la ville que je connais le plus au Canada mais mes écrits s’appliquent également aux autres villes. Ceci est un véritable gâchis car l’information comprend de nombreuses pages et est en doublon. Je pense qu’on peut se baser sur les statistiques pour imprimer 2 annuaires différents avec une marge d’erreur insignifiante car plusieurs personnes sont de toute façon bilingues et fières de l’exprimer.

Pour les anciens dont on dispose, on peut essuyer avec des vitres, les utiliser comme litière (pour ceux qui ont des animaux mais les jeter ensuite avec les déchets des animaux domestiques), les utiliser pour les semences (pour ceux qui jardinent) car si j’ai bien compris l’encre officielle utilisée est biodégradable …

-les catalogues ou circulaires de magasins : En soi, ils ne me dérangent pas mais c’est la fréquence qui m’embête. Je pense que c’est faisable de distribuer une circulaire chaque quinzaine ou même une fois par mois avec tous les spéciaux du magasin concerné et hebdomadairement un seul feuillet avec les spéciaux concernant les denrées périssables (fruits, légumes, viandes …). Bien entendu, si l’initiative ne viendra jamais du commerçant lui-même, il faudrait que la loi encourage ce processus du moins pour harmoniser entre les commerçants et ne pas en léser. D’ailleurs s’il existe encore quelques mini marchés et petits magasins qui fonctionnent sans ça, c’est qu’il y a d’autres raisons qui comptent pour les consommateurs.

De plus, si vous habitez un quelconque immeuble, vous verrez que chaque semaine, il en reste toujours pas mal de circulaires boudées.

-les enveloppes publicitaires : elles comprennent plusieurs rabais ou coupons provenant de plusieurs commerces différents qu’on met directement dans notre boîte à lettres. A chaque passage (non fréquent), je vois le nombre d’enveloppes qui sont jetées dans la poubelle du recyclage sans même avoir été ouvertes pour certaines. Moi-même, il arrivait que je sois éventuellement intéressée par l’une d’entre elles mais je devais jeter tout le reste. Pour éviter d’être noyée par ces amas de « faux courriers », j’ai mis un écrit « Pas de circulaires SVP » (Oui on doit supplier, c’est à ce point qu’on est arrivés !!!) ou trouver une vignette. Pas de circulaire

Cela n’a pas totalement réglé le problème (allez savoir pourquoi !) mais quand même réduit ce courrier indésirable. C’est dommage qu’on soit obligé de le mettre à l’intérieur de la notre boîte (pour les immeubles) pour que le postier le voie car cela empêche d’inspirer les voisins mécontents et de leur montrer qu’ils ne sont pas seuls à s’en plaindre. En plus en cas d’absence, tout le monde sait qu’il est dangereux de laisser du courrier (non lu) s’amonceler dans nos boîtes.

A mon avis, on devrait trouver un moyen de calculer en gros le taux de retour/ouverture : par exemple qu’il y ait lors de leur réception un bac associé où les gens peuvent y retourner tout ce qui n’a pas été lu. Ainsi en étant honnêtes, ces spécialistes du marketing pourraient avoir une idée plus précise des enveloppes non ouvertes et du genre de publicité non lue et pourront s’adapter par la suite pour la quantité à imprimer ou un inspecteur indépendant pourrait vérifier cette estimation globale au niveau de la compagnie de recyclage. Je connais des gens qui ont reçu, à leur grande surprise, une amende par ce qu’ils avaient jeté de la correspondance papier à leur nom (1-2 pages) dans la poubelle à ordures alors je pense qu’on peut appliquer cet excès de zèle pour d’autres gestes.

-Dans tous les points de restauration « To go » y compris dans certains restaurants et hélas également dans de grands salons ayant une dimension écologique, on offre trop de papier. J’ai eu maintes fois l’occasion (et ce n’est pas un honneur) de voir que les gens l‘utilisent l’un après l’autre en ayant juste touché un coin de l’un ou de l’autre et des fois mêmes, osent aller en réclamer d’autres!!! Le pire, c’est que la majorité jette le papier même inutilisé c-à-dire NON-touché ! et, en plus avec les ordures ménagères ou déchets ! Personnellement, je le refuse. Si j’en reçois, je les mets toujours dans mes poches ou sac car il peut servir. Solution ? Cette restauration rapide est à réduire, on ne peut pas toujours jouer avec la notion d’urgence pour tout justifier. Peut-être que le fait de mettre des avis avec des explications aideront à des prises de conscience car j’ai rencontré des gens sensibilisés mais qui ne faisaient pas le lien avec ce « petit » geste répété et automatique.

Bon maintenant en ce qui nous concerne, nous simples citoyens, que peut-on faire ?

*Pour ceux qui ont une imprimante à la maison : appliquez les mêmes règles que celles au travail surtout dans les grandes entreprises. Ce mouvement vert fut une aubaine pour elles pour réduire les coûts d’approvisionnement en papier et d’amortissement de la machine. Chacune a usé de maintes stratégies pour inciter ses employés à réduire le taux d’utilisation du papier. Dans l’une où j’ai travaillé, la compagnie avait crée une compétition entre les services ce qui finalement s’avéra très efficace car elle identifia exactement la source des abus (donc éventuellement les postes impliqués) mais elle put établir un quota « norme » que chaque chef de services devenait soucieux de respecter.

 

Imprimante et toutou

Donc en vrac réfléchissez avant d’imprimer quoi que ce soit ; si vous imprimez, faîtes-le recto verso ; en qualité brouillon, si possible sans photos ni logo et en petite police s’il s’agit d’un test, … mais tout de même pas au détriment de votre vue !!!

*Pour tous : reconvertissez vos papiers où il y a encore de l’espace (verso …) en brouillon, pour prendre des notes au téléphone ou autres, pour écrire le plan du jour, la liste des achats, réfléchir, voir plus clair, faire ses affirmations ou pour faire de l’artisanat (scrapbooking, bijoux…)
… Bien sur, après cette seconde vie, direction bac recyclage.

Bon ce n’est pas fini. Lorsqu’on parle de papier, il n’y a pas que la feuille d’impression ou du cahier, il y a le carton, le papier toilettes, le papier peint, …

-On s’entend que le papier toilettes ne nécessite pas d’être parfumé ou décoré donc choisissez-le recyclé et non blanchi. En fait, il y a de meilleures solutions pas si contraignantes mais il faut avoir une conscience un peu plus poussée.

-Évitez d’acheter les articles sur-emballés (y compris en plastique ou/et mousse) qui font paraître ledit produit bien plus grand qu’il ne l’est en réalité et biaise notre jugement. Cela dit, j’avoue que c’est bien difficile. De plus, ils ne nécessitent souvent pas d’être emballés dans du carton haut de gamme donc c’est mieux s’ils comportent la mention « recyclé » dessus en plus du « recyclable ».

-Pensez à des présents sans emballage mais qu’on peut mettre dans des pochettes simples-sacs qu’on peut utiliser à d’autres fins, surtout lors des fêtes des fins d’années. Toutefois, il existe des cadeaux qui peuvent tenir dans une enveloppe en sus des cartes cadeaux de magasins, abonnements ou séances de massage, esthétique, … ou cours. Vous pouvez offrir pour une date précise et intervalle de temps précis de l’aide pour le ménage, pour cuisiner un repas spécial, aider au jardin, garder des enfants gratuitement …

-Au niveau des cartes de souhait et des lettres et enveloppes, ce n’est pas un véritable problème surtout qu’ils sont (hélas) en voie de disparition.carte-de-souhait

-On peut également recycler les vieilles revues en les utilisant comme papier cadeau (sachez à qui les offrir car certains peuvent vous traiter de misérable), en en faisant des enveloppes colorées, pour protéger le sol en cas de peinture (d’ailleurs à ce propos, l’été sonnant bientôt à nos portes, peut-être que les étudiants peintres ou professionnels peuvent commencer à en collecter pour leurs futurs travaux), en faisant des perles de bijoux ou des bagues, en l’utilisant comme support lors de l’utilisation d’un cutter, en collant les images inspirantes sur un cahier d’école ou journal intime faisant guise de couverture personnalisée, …

-Les papiers mouchoirs : J’avoue qu’il est difficile de s’en passer quand on a une grippe ou rhume mais franchement jusqu’à pas si longtemps, les gens utilisaient un mouchoir en tissu. De plus, si on a beaucoup à « décharger », on évite de dégoûter le public et on va à la salle de bains alors autant utiliser l’eau à ce moment.

kleenex-Les essuie-mains : franchement, particulièrement dans les maisons,  on devrait facilement se convertir à une serviette de coton familiale qui pourrait être lavée régulièrement (après-tout pratiquement tout le monde a une « laveuse »). Dans les compagnies, je peux comprendre que ça peut s’avérer différent mais si on réfléchit, que risquerait-t-on si les gens se lavaient dûment les mains à l’eau et au savon ? car on est censés les avoir propres une fois lavées ?

-Les essuie-tout : je ne comprends pas comment du jour au lendemain, on ait pu reléguer aux oubliettes les serviettes de table ou tout simplement l’eau et dire qu’on mange « civilisé », en plus on utilise des couverts ! Pour dépanner ok mais, quand même, lorsqu’on a les mains trop sales, on se lève de table et on va se laver les mains. Dans la cuisine, on garde à proximité le chiffon ou torchon en coton lavable et réutilisable.

Que ce soit dans les gyms, des soirées de danse ou des matchs de basket-ball entre autres, j’ai vu la majorité des gars garder à portée de main une mini serviette de coton avec laquelle ils s’épongeaient naturellement le front, dos, … bref là où ils suaient. Vous imaginez-vous s’ils se mettaient aux essuie-tout par flegme de la laver ?! Donc exemple à suivre … Les autres, ben, ils s’épongeaient avec leur tee-shirt pour dépanner.

Alors continuons :

On peut donner du répit aux arbres. Ceux-ci pourront être dédiés seulement à la fabrication de meubles ou de papier haut de gamme. Comment ? En recourant à d’autres ressources naturelles et diversifiées à savoir à base de: fumier d’éléphant (oui oui il existe même un magasin à Montréal qui en commercialise), bambou, kenaf, chanvre, fibre de banane … Il en existe d’autres mais faîtes tout de même attention aux solutions non viables.

Cela dit, recourir à la biodiversité est bon mais ce sont les mêmes principes de base qui doivent sous-tendre nos décisions. Entre autres, je cite le fait :

-rester modéré dans son consumérisme,
-toujours se poser la question sur la source et provenance des produits (surtout nouveaux sur le marché)
-se demander s’il existe des alternatives plus durables et pour le bien de tous…

Lou_c auteure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *